Bonjour Bionic Body,

Pour commencer cette interview, je me dois de te présenter sommairement et aussi expliquer pourquoi je m’adresse à toi aujourd’hui.

Tu fais partie d’une des premières personnes que je souhaitais interviewer car je te connais déjà depuis un petit bout de temps, avant tout ce beau succès que l’on te connaît aujourd’hui, et qu’au-delà d’un ami pour moi, tu es aussi une belle source d’inspiration quand vient le moment du « non mais là j’ai pas la foi pour aller à la salle… Et puis j’ai pris 3 kilos, faut que je redouble d’effort… ». Quand on te voit et pire, quand on te cotoie, on sait que les excuses sont à mettre au placard.

Aujourd’hui et dans bon nombre d’interviews que tu donnes, on met souvent l’accent sur ton handicap, mais comme tu le sais, pour moi ton handicap est la partie cachée de l’iceberg concernant ton combat.

Je ne reviendrai d’ailleurs pas dessus, car les personnes lisant cette interview seront à meme de trouver bien d’autres articles expliquant comment est arrivé ton accident et l’incidence que ça a eu sur ton parcours de vie – que je mettrai en note en bas de page pour les plus curieux.

Mais j’ai envie de faire le point sur le reste.

En effet, ton parcours a été semé d’embuches. Ton amputation à l’age de 4 ans, puis à l’adolescence tu as du gérer le regard de l’autre avec ton surpoids et aujourd’hui, fier papa d’un petit garçon, tu ne dois pas non seulement combattre les préjugés, mais tu dois apprendre à gérer un budget et un agenda très serré, entre la prise en charge de ton alimentation stricte, ton role de père, ton travail, ta vie sociale et tes entrainements.

Donc curieuse que je suis, j’ai choisi de te poser des questions un peu différentes de celles qu’on te pose habituellement, mais toujours en s’intéressant à tes entraînements !

Peux-tu te présenter brièvement ? A savoir, ton age, ta taille, ton poids, ton nom, tes origines, ton travail et tes hobbies ?

Bonjour !

Pour ceux qui ne me connaîtraient pas, je m’appelle Edgard John-Augustin, j’ai 30 ans, je suis originaire de Guyane française et je vis à Paris depuis à peu près 9 années aujourd’hui.

Je mesure 1m89 et mon poids actuel, hors compétition, est de 106kg.

Pour mes hobbies, mis à part le sport, j’aime beaucoup voyager dès que j’en ai la possibilité. J’aime aussi faire les boutiques, ça, c’est mon coté métrosexuel *rire*
Et sinon passer du temps avec mon fils ainsi qu’aller au cinéma ou sortir en soirée avec mes amis.

Comment t’est arrivé cette passion pour le bodybuilding, au fur et à mesure ou ça a été une vraie révélation ?

Je suis arrivé dans le monde du bodybuilding un peu par hasard en réalité.
Je cherchais à l’époque un moyen de décompresser pendant mes périodes d’examens et j’ai eu l’idée de faire une séance d’essai dans un salle de sport, j’ai donc commencé à Néoness, et depuis, le bodybuilding ne m’a jamais quitté.

Aujourd’hui cela fait 8 à 9 années que je pratique ce sport.

Combien de fois par semaine vas-tu à la salle et combien de temps t’entraines-tu ? Tu fais du full body, du split ou du half body ? Fais-tu beaucoup de cardio aussi ?

Tout dépend de mon emploi du temps et de ma gestion de planning avec mon fils, mais généralement, ça va tourner autour de 5 à 6 fois par semaine à raison d’1h à 1h30 d’entraînement par séance.

Concernant ma méthode d’entraînement, je préfère me concentrer sur 1 à 2 muscles par séance, ce qui me permet d’avoir des résultats plus ciblés et visibles à terme.

Et effectivement, j’inclus pas mal de cardio à ma routine, qui me sert à travailler mes aptitudes cardiaques, chose qui est bien souvent négligée ! Ces exercices me permettent également de mieux maintenir mon taux de masse grasse.

Quel est ton exercice favori et quels sont les exercices de base que tu conseillerais aux novices ?

J’aime quasiment tous les exercices sauf le squat.

Du coup si je devais en choisir ça serait certainement le développé couché.

Les exercices que je préconiserai à un débutant seraient trois exercices primordiaux :

– Le soulevé de terre
– Le développé couché
– Le rowing barre ou haltères

L’ensemble permet de développer toutes les parties du corps et une bonne masse musculaire.

Est-ce que tu prends de la poudre en protéine ? Si non, peux-tu nous expliquer pourquoi ?

Ca c’est la question qui vaut de l’or.

Alors oui bien sur que je consomme des compléments alimentaires, tout simplement car c’est plus simple au niveau de l’assimilation et plus pratique en terme de consommation également.

Je m’explique : on trouve effectivement des protéines animales ou végétales dont le corps a besoin, mais pour une construction musculaire le corps a également besoin de protéines à assimilation rapides, comme  au réveil ou après l’entrainement.

La protéine en poudre apporte donc cette assimilation rapide. Des protéines couplées éventuellement aux acides aminés ou vitamines aident à une meilleure reconstruction musculaire.

Une protéine de type whey prendrait par exemple moins de 30 minutes pour être assimilée par le corps.

Quelle est la partie de ton corps qui a été la plus difficile à travailler pour toi ? Et quelle est celle dont tu es le plus fier ?

Alors la partie du corps la plus difficile à travailler pour moi serait très certainement la ceinture abdominale, donc les obliques et les abdominaux.

J’ai malheureusement une tendance à prendre facilement en masse grasse, surtout dans cette zone précise. C’est du coup pour moi un vrai parcours du combattant que de maintenir des abdominaux visibles.

En revanche, la partie dont je serai le plus fier serait mes pectoraux. J’ai la chance d’avoir des pectoraux assez développés, larges et épais.

Quelle est ta faiblesse en terme de développement musculaire ?

Je ne sais pas si j’ai bien compris la question, mais en tout cas je pense avoir des faiblesses de développement musculaire au niveau de mes triceps, qui ont tendance à rester assez plats. Cela vient du fait que j’ai les muscles longs donc difficiles à remplir et d’avoir un angle bien arrondi, mais j’y travaille sérieusement.

Puis il y a également l’arrondi au niveau des épaules que j’essaye de développer au maximum.

Quelle est ta figure d’inspiration dans le milieu du body ? En femme et en homme ? Et pourquoi ?

Homme pour moi c’est l’incontournable Kai Greene.

Et femme je dirai Larissa Reiss.

Pourquoi ? Kai Greene car j’aime cette forme artistique freestyle qu’il impose, notamment dans ses posings qui est remarquable et unique.
Larissa elle, particulièrement car elle reste une athlète naturelle et abordable. J’aime aussi beaucoup son style un peu « trash » avec ses piercings, ses tatouages, artistique, je trouve ça magnifique.

Quel est ton cheat meal préféré ? Et quels sont les aliments que tu as du mal à supporter en diet ?

Mon cheat meal préféré… Ca c’est une très bonne question *rire*

En ce moment je suis plutot porté sur les glaces Ben&Jerry’s, j’en raffole. Je mange en moyenne un pot par semaine. Souvent le samedi soir devant un petit film chez moi.

Avant c’était la pizza. Je commandais chez dominos pizza, me posais, et c’était parti, j’ouvrais les vannes.

Les aliments que je supporte moins en diet… Je dirai que j’ai pas mal de mal avec les asperges, pour leur goût et ce côté diurétique. Et hormis le goût, il est vrai que ses vertus permettant de faire perdre beaucoup d’eau sont bénéfiques, mais l’odeur laisse à désirer quand on se rend aux chiottes *rire*

Quels sont tes objectifs dans le milieu du bodybuilding ?

En 2015 j’ai été champion d’Europe aujourd’hui je vise les championnats du monde 2016. Et mon but ultime serait de parvenir à avoir ma carte professionnelle et d’être une figure dans le milieu du bodybuilding international.

J’y travaille ardemment en tout cas !

Quelle est la question que l’on te pose qui t’agace le plus ?

La question qui m’agace le plus ? En France en tout cas elle est évidente : « Est-ce que tu te piques ? ». Qu’est-ce que cela signifie en fait ? Qu’on se mette d’accord : Kai Greene, Phil Heath ou toutes les têtes de listes mondiales en bodybuilding n’atteignent pas ce niveau musculaire juste en mangeant 6 fois par jours et en s’entraînant comme des bêtes. On parle d’un niveau très particulier dans le monde du bodybuilding.

Honnêtement je ne suis pas contre ceux qui le font, car c’est comme pour le cyclisme ; aujourd’hui surmonter et réussir à faire ce que fait un cycliste notamment sur le tour de France, sans aucune aide chimique, de nos jours personne ne le ferai, il faut arrêter de se leurrer. Donc je ne suis pas contre ceux qui le font, mais il faut arrêter d’associer un développement ou une capacité musculaire importante à ça.

Et admettons que ce soit cela, la personne n’aura de toute manière pas le niveau aujourd’hui, que ce soit dans le cyclisme ou dans le bodybuilding, d’atteindre un niveau de compétition juste en se piquant. Il y a un vrai travail derrière qui est fourni, très poussé en terme de diet, temps de repos, entraînements, etc. Et malheureusement, ça, souvent les gens n’en tiennent pas compte et pensent qu’en se piquant et en restant devant la télé on se réveille en devenant Mister Olympia. Je pense qu’il faut se réveiller, et prendre la mesure du travail à fournir pour arriver à ce niveau-la.

Quel conseil aimerais-tu donner aux gens qui te suivent et voudraient commencer la musculation mais ne savent pas trop comment s’y prendre ?

Le conseil que j’aurais à donner aux gens qui hésitent à commencer la musculation ou côtoyer le monde du body, ça serait tout simplement : allez-y. N’ayez pas peur. N’ayez pas peur de paraître ridicule, ce n’est absolument pas vrai. Souvent les personnes en surpoids pensent qu’ils se feront tacler par les confirmés ou ceux qui ont l’habitude de côtoyer les salles de sport. C’est une idée reçue, qui est totalement démentie dans la réalité. Justement le passionné de bodybuilding est bien au contraire ouvert à ça et aura tendance à accepter l’autre.

En revanche l’inverse est beaucoup plus rare. J’ai remarqué que bien souvent ceux qui ne sont pas dans le milieu du bodybuilding ont bien souvent tendance à critiquer le bodybuilder ou la personne qui fait son sport en disant que c’est trop, etc. Le bodybuilder, ou la personne passionnée de fitness ou de sport, généralement, accepte, comprend et essaye de tirer les personnes vers le haut. Les pousse à s’entretenir car c’est une chose très importante pour la santé.

Donc surtout n’ayez pas peur de paraître ridicule, vous ne serez jamais ridicule au contraire. Allez y ! Une bonne séance de sport libère des mauvaises tensions, des toxines et on se sent super bien à l’issue d’un entrainement intensif. Donc foncez !

Mon blog comme tu le sais parle principalement de fitness, d’art et de cuisine saine. Il a aussi pour but de  mettre en valeur le corps des femmes, aussi différents soient-ils, dans le monde plein de préjugés qu’est celui du fitness.

Tu me connais bien, et tu sais que moi-même, je fais beaucoup de sport et je ne suis pour autant pas du tout dans les canons de beauté que l’on voit sur instagram ou dans les magazines. Et pourtant, je suis heureuse ainsi et mon intérêt pour la musculation, le yoga ou d’autres formes de sport ne désemplie pas, bien au contraire !

Que penses-tu et quel message voudrais-tu faire passer à ces femmes, souvent rondes, qui n’osent pas commencer la musculation ? Quels types de corps féminins sont les plus beaux selon tes critères ?

Hé bien à mon gout, une femme ronde ou non reste une femme. Tout dépendra par la suite de sa capacité à se mettre en valeur. J’ai connu moi-même des femmes rondes et superbes, très attirantes… Comme il existe d’ailleurs des femmes rondes ou des femmes minces avec des difficultés à se mettre en valeur. Donc en définitif pour moi une femme qu’elle soit ronde ou mince, fitness ou autre, peuvent toutes être dans leur genre très belles. Alors oui c’est une réponse bateau beaucoup me diront, mais c’est vrai que je trouve que toutes les beautés se trouvent dans la nature.

En revanche qu’elle soit ronde ou mince, mais qu’elles aient des fesses plates… Là je dis non.
Et c’est là qu’intervient justement l’importance de faire du sport et notamment des squats, que vous soyez ronde, mince ou autre, les squats vous aideront à développer cette partie la ! Donc surtout faites du sport, des squats, les filles, et évitez tout ce qui est zumba, yoga… N’est-ce pas ? *rire*

– Ndlr : Je ne vois pas du tout à qui il s’adresse là ? :D-

Merci à Bionic de m’avoir consacré cette interview un peu sortie des sentiers battus… Et surtout d’avoir accepté de poser devant mon objectif !

Bon courage et plein de réussite pour ta carrière dans le bodybuilding !